Le Fonds de Pension du Canada répond à Le fil de l’ argent

CPPfrancais


Montréal, 2 septembre 2014

À l’attention de : Canada’s pension plan Investment Board

Objet : La campagne Le Fil de l’Argent se poursuit, appelant au désinvestissement des compagnies Goldcorp Inc et Tahoe Resources Inc.

Nous vous remercions d’avoir formulé une réponse à notre lettre initiale au sujet de la campagne de désinvestissement lancée par le Projet Accompagnement Québec Guatemala et le Conseil des Canadiens. Celle-ci invite les cotisant-e-s aux régimes de retraite collectifs à exiger le retrait des investissements du Fond de Pension du Canada et de quelques autres investisseurs dans les compagnies minières canadiennes Goldcorp Inc et Tahoe Resources Inc.

Dans votre réponse vous expliquez à la fois encourager la prise en considération des facteurs ESG à l’heure de prendre des décisions d’investissement, et à la fois que votre Office d’investissement ne sélectionne pas les entreprises en fonction des facteurs ESG. Devant cette posture mitigée, et devant la gravité des violations de droits humains dont il est question, nous ne pouvons qu’encourager le CPPIB à exclure de son portefeuille les entreprises Goldcorp et Tahoe Resources.

Vous vous dites également actif en tant qu’actionnaire, et déterminés à intervenir auprès des entreprises. Nous comprenons la pertinence de cette posture, et éprouvons un grand intérêt à connaître les initiatives que vous avez prises dans le passé ou comptez prendre dans l’avenir à cet effet, agissant comme actionnaire responsable auprès de Goldcorp et Tahoe Resources.

Par ailleurs, nous ne pouvons que réitérer le caractère alarmant des allégations de violations de droits humains et de dommages environnementaux qui pèsent contre Goldcorp et Tahoe Resources, au Guatemala aussi bien que dans plusieurs autres pays. Nous avons le regret de vous signaler que le constat des organisations nationales et internationales de défense des droits demeure hautement préoccupant, de même que les conclusions auxquelles parviennent les analystes indépendants des compagnies. Justement, Goldcorp et Tahoe Resources ont toutes deux été reconnues coupables de nombreux et gravissimes crimes par le Tribunal Permanent des Peuples à la fin mai 2014. Le jury, composé de spécialistes, professeurs et chercheurs émérites provenant de plusieurs pays, a notamment insisté sur la gravité des violations de droits humains commises par Tahoe Resources au Guatemala et par Goldcorp au Honduras.

Il convient également de souligner que depuis le 17 juin 2014, l’entreprise Tahoe Resources est l’objet d’une poursuite judiciaire devant un tribunal canadien, en raison des événements violents survenus en mai 2013. À l’époque, la sécurité privée de Tahoe Resources avait ouvert le feu sur des manifestants pacifiques opposés au projet Escobal, blessant gravement sept d’entre eux et défigurant un jeune homme.

À cette poursuite s’ajoute le risque lié au permis d’exploitation minière de la mine Escobal. En effet, le permis octroyé à Tahoe Resources en 2013 est actuellement contesté devant un tribunal guatémaltèque car son octroi aurait été fait en violation des procédures légales en vigueur.

Dans ces circonstances, nous tenons à réitérer nos profondes préoccupations par rapport aux activités extractives que le régime public de pensions du Canada contribue à financer. Nous continuerons, à travers la campagne Le Fil de l’Argent, à inviter le public à s’informer et à demander à l’Office d’investissement du Fond de pension du Canada de désinvestir des sociétés minières canadiennes Goldcorp Inc. et Tahoe Resources Inc